L’échec

L’ECHEC

Synopsis

Un prisonnier suite à un homicide involontaire perd l’esprit lors de son incarcération. Rongé par la culpabilité, il se crée une seconde prison intérieure en s’enfermant dans un jeu avec lui-même. Le prisonnier a déjà fini de purger sa peine, mais étant donné l’horreur que lui inspire son propre crime, malgré son caractère involontaire, il s’interdit le pardon et refuse inconsciemment de quitter sa cellule. L’équipe médicale et les gardiens ne le trouvent ni assez dangereux pour être interné ni apte pour sortir de prison. Le héro oscille entre l’irresponsabilité de son acte (le rat) et sa culpabilité. Hanté par ceux qui sont mort à cause de lui, il est incapable d’admettre avoir failli à conduire correctement la voiture qui provoqua l’accident.

Le film

L’échec parle de la culpabilité d’un homme ayant causé involontairement la mort. Il le traite dans le milieu carcéral ce qui aborde les thèmes de l’enferment, tant physique que mental. On retrouve le thème du jeu mais aussi du complot (les pilules qui changent de couleur, le mutisme du médecin et les gardiens qui harcèlent le héro) et de la folie (le rat, les rêves, l’excentricité du personnage). Le film traite aussi de la notion de liberté : avant tout le héro cherche à se libérer (via le jeu d’échec) non pas de la prison mais de lui-même et de ses peur.

Les personnages

Joey : le héro du film. Joey n’accepte pas de sortir car il se sent tellement coupable. Il pose la question : en quoi après avoir commis un crime, le temps d’incarcération justifie t’il la fin de la culpabilité. Il s’infliger un jeu sans fin lui interdisant toute rédemption. Il a des visions de Marco, mort suite à son erreur de conduite et d’une femme et de son jeune garçon.. Joey se crée des personnages qui tentent chacun de remettre sa raison dans une direction pour qu’i accepte de sortir de prison :

Marco : Le pote du braquage, mort lors du carambolage. Il veut expliquer l’état de Joey par les médicaments que lui administre l’infirmier. C’est la face  de Joey méfiante et terrifié par le complot.

Roger : C’est le petit garçon qu’il a tué mais plus vieux, comme si Joey l’imaginait tel qu’il aurait été s’il avait pu vivre. C’est la face mystique de Joey qui lui explique le lien entre son sentiment de culpabilité et ses hallucinations.

Le Rat : c’est la vérité que ne veut pas entendre Joey. Il incarne l’erreur de conduite de Joey et le rat reproche à Joey de s’enfermer dans la folie plutôt que d’affronter sa liberté. Joey perd contre lui la partie d’échecs car le prix en est la liberté.

Scénario disponible en PDF pour ceux qui veulent le lire ^^

Share SHARE
Ce contenu a été publié dans Accueil, Coeurs de meurtriers, Films/Scenarios. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire